LOCON SUR LAWE
LOCON SUR LAWE

Les GENS de LOCON et du reste du monde
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  PublicationsPublications  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez
 

 LA VIE SOUS MACRON

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant
AuteurMessage
ACARIE

ACARIE

Messages : 80
Date d'inscription : 14/06/2019

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeHier à 6:49

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACARIE

ACARIE

Messages : 80
Date d'inscription : 14/06/2019

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeDim 18 Aoû - 10:59

LA VIE SOUS MACRON  Minist10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACARIE

ACARIE

Messages : 80
Date d'inscription : 14/06/2019

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeMer 14 Aoû - 10:04

LA VIE SOUS MACRON  Header-le-petitbg6

Chère lectrice, cher lecteur, 

Lundi, vous avez reçu le Billet de H16, l’auteur du 10ème Homme qui protège son identité. 

Il y était question des risques de l’hyperinflation : 


  • Un engrenage vicieux qui une fois lancé est quasi impossible à arrêter 

  • Le risque moindre (mais réel !) que nous courons avec le dollar et l’euro


[size][size]
La semaine dernière, je vous parlais des chiffres bidons du pouvoir d’achat, largement surévalués par l’INSEE grâce à un bidouillage statistique. 

Démonter ce mensonge, c’est découvrir que l’inflation est bien plus élevée qu’annoncé. 

J’aimerais aujourd’hui aborder les conséquences d’une inflation réelle à 3% 

L’inflation grignote votre pouvoir d’achat… et votre épargne !


En 2018, l’inflation était officiellement de 1,8 % en France. 

Aussi, avec votre Livret A à 0.75% et même la plupart des assurances vies en réalité vous PERDEZ de l’argent en le laissant à la banque ! 

J’ai écrit un billet à ce sujet (consultable ici). 

Pire, l’inflation est sans doute plus proche de 3 % en réalité. 

Et encore, je suis conservateur. 

Inflation officielle vs Inflation réelle


En France, les études manquent sur le sujet (et on se doute de la raison vu le monopole véreux de l’INSEE). 

Mais aux États-Unis, des études indépendantes ont calculé l’inflation selon les règles de calculs des années 1990 et la différence est nette (3 à 4 points !) :[/size][/size]

LA VIE SOUS MACRON  Inflationr

En rouge l’inflation officielle de 2000 à 2015, 
en bleu l’inflation ajustée selon les méthodes de calcul des années 90.
 



Si on prend les méthodes de calcul des années 80 le résultat est encore plus édifiant :

LA VIE SOUS MACRON  Inflationr2

On voit qu’au plus haut de la crise de 2008, l’inflation réelle aurait atteint les 13% ! 

Et si ça baisse en 2015, je peux vous dire que c’est bien remonté depuis. 

Mais comment est-ce possible ? 

La folle fuite en avant des politiques inflationnistes


Depuis 2008, nous constatons l’accélération de politiques monétaires hyperinflationnistes. 

Notamment avec les fameux Quantitative Easings censés sauver le système bancaire. 


  • Aux États-Unis :


LA VIE SOUS MACRON  Inflationr3


  • Comme en Europe :


LA VIE SOUS MACRON  Inflationr4

Or, le risque principal lorsqu'on crée de la monnaie à tout-va, c’est qu’elle finisse par ne plus rien valoir ! 

Nous en avons l’exemple tragique au Venezuela, dont je parlais il y a un an

Et nous ne sommes pas à l’abri en Europe !


Nous l’avons oublié car la dernière hyperinflation remonte à l’Allemagne des années 30. 

Mais nous ne sommes pas immunisés contre ce risque, surtout avec les politiques menées actuellement par les banques centrales ! 

Powell, Draghi et leur homologue Chinois se font une concurrence monétaire mortelle en ce moment. 

C’est à celui qui dévaluera le plus sa monnaie pour booster les exportations commerciales. 

Mais à ce petit jeu, c’est NOUS qui risquons de perdre des plumes ! 

La guerre des taux va RUINER les petits épargnants


Au mois de juin 2019, 13 000 milliards de dollars d’obligations ont des rendements négatifs

Presque la moitié en dettes souveraines européennes. 

France, Italie, et même Suisse. Toute l’Europe est concernée. 

C’est une situation totalement inédite ! [1] 

Des rendements négatifs, ça veut dire que vous prêtez votre argent aux États, et le remboursement est inférieur à ce que vous avez versé ! 


LA conséquence des taux négatifs



  • Vous croyez que c’est une info macro-économique insignifiante ? 


[size][size]
Attendez-vous (à minima) à la baisse de rémunération des Livrets A et Assurance-vie

[/size][/size]

  • Vous trouviez que c’était déjà faible ? ça va encore baisser ! 


[size][size]
Pourquoi ? Et bien parce que les assurances vies et les banques qui placent votre épargne le font massivement… en obligations de dettes souveraines. 

[/size][/size]

  • Ah vous croyiez que l’assurance-vie c’est sûr ? Et bien NON ! 


[size][size]
Conclusion : ça ne rapportera bientôt plus rien… tout en étant (déjà) de plus en plus risqué ! 

Comment se protéger de ces apprentis sorciers… et retrouver des placements sûrs et rémunérateurs ?


Car le problème ne s’arrête pas là ! 

Non seulement l’inflation est mondiale et galopante… mais en plus le problème est global. 

Demain on va parler « planche à billet »… et système bancaire véreux. 

En attendant, je vous invite à découvrir LA stratégie pour se prémunir

Elle est tout particulièrement intéressante en ce moment, à cause d’un autre facteur qui lui, vous permet de retrouver des rendements intéressants. 

Et c’est POUR CELA que je vous en parle ! 
[/size][/size]
DÉCOUVRIR L’ASSURANCE ANTI-CRISE QUI MONTE EN CE MOMENT


Frédéric Duval 
Le Vaillant Petit Économiste 


Sources : 

[1] https://www.lesechos.fr/finance-marches/marches-financiers/les-questions-que-posent-les-taux-negatifs-1030282

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACARIE

ACARIE

Messages : 80
Date d'inscription : 14/06/2019

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeMar 13 Aoû - 7:47

LA VIE SOUS MACRON  Amende10




Petite surprise... pour les amendes 
Tout le monde s'est focalisé sur le passage à 80 km/h et c'est bien normal, mais sournoisement,
 Le gouvernement a augmenté les amendes dans le même temps et personne n'en parle.  
 Les amendes payées de suite passent de 45€ à 68€, donc 45% d'augmentation en douceur, et les amendes, payées passé le délai de grâce, qui valaient 90€  passent à 136€...
 Donc double jackpot : le triplement des infractions suite au passage à 80 km/h comme constaté sur les zones de test et on monte de 50% le tout avec l'augmentation des amendes...
Les 2 milliards rapportés en 2017 par les amendes vont passer à 6 milliards suite à la nouvelle limitation et avec l'augmentation du prix, cela devrait faire un joli pactole d'une dizaine de milliards.
Un gouvernement plus qu'efficace et qui s'occupe bien de nous !!!
Faire suivre !  


 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACARIE

ACARIE

Messages : 80
Date d'inscription : 14/06/2019

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeMar 13 Aoû - 7:37

LA VIE SOUS MACRON  Lecheu10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin

Messages : 599
Date d'inscription : 26/08/2007

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeLun 12 Aoû - 19:57

La France s'enfonce lentement dans le chaos
[b]par Guy Millière
11 août 2019




  • Le président Macron n'a jamais dit à ceux qui ont perdu un œil ou une main... qu'il regrette l'extrême brutalité dont a fait preuve la police. Il a par contre demandé au Parlement français d'adopter une loi qui abolit presque complètement le droit de manifester et la présomption d'innocence, et qui permet d'arrêter n'importe qui, n'importe où, même sans motif. La loi a été adoptée.


  • En juin, le Parlement français a adopté une autre loi qui punit sévèrement quiconque dit ou écrit quoi que ce soit qui puisse être considéré comme un "discours de haine". La loi est si vague qu'un juriste américain, Jonathan Turley, s'est senti obligé de réagir. "La France", a-t-il écrit, "est devenue l'une des plus grandes menaces internationales contre la liberté d'expression".

  • La préoccupation principale de Macron et du gouvernement français ne semble pas être le risque d'émeutes, le mécontentement de la population, la disparition du christianisme, la désastreuse situation économique du pays, ou l'islamisation et ses conséquences. C'est plutôt le changement climatique.



LA VIE SOUS MACRON  4015
Le président Macron ne dit jamais à ceux qui ont perdu un œil ou une main... qu'il regrette l'extrême brutalité dont a fait preuve la police. Il a demandé au Parlement français d'adopter une loi qui abolit presque complètement le droit de manifester et la présomption d'innocence, et qui permet d'arrêter n'importe qui, n'importe où, même sans motif. La loi a été adoptée. (Photo de Kiyoshi Ota - Pool / Getty Images)
Paris, Champs-Élysées. 14 juillet. Fête nationale. Juste avant que commence défilé militaire, le président Emmanuel Macron descend l'avenue dans une voiture officielle pour saluer la foule. Des milliers de personnes rassemblées le long de l'avenue [url=https://www.youtube.com/watch?v=6O2PyqTc2aU]crient
 " Macron démission", huent et lancent des insultes.


À la fin du défilé, quelques dizaines de personnes lâchent des ballons jaunes dans le ciel et distribuent des tracts disant: "Les gilets jaunes ne sont pas morts."


La police les disperse rapidement et fermement. Quelques instants plus tard, des centaines d'anarchistes «Antifa» arrivent, jettent des barrières de sécurité sur la chaussée pour tenter d'ériger des barricades, allument des feux et détruisent les devantures de plusieurs magasins. La police a du mal à maîtriser la situation, mais en début de soirée, au bout de quelques heures, elle rétablit le calme.





Quelques heures plus tard, des milliers de jeunes Arabes de banlieue se rassemblent près de l'Arc de Triomphe. Ils viennent pour "célébrer" à leur manière la victoire de l'équipe de football d'Algérie. Davantage de devantures de magasins sont brisées, et davantage de magasins sont pillés.

Les drapeaux algériens sont partout. Des slogans se font entendre: "Vive l'Algérie", "La France est à nous", "A mort la France". Des panneaux portant des noms de rue sont remplacés par des panneaux portant le nom d'Abd El Kader, le chef religieux et militaire qui s'est battu contre l'armée française au moment de la colonisation de l'Algérie. La police se limite à endiguer la violence aux fins qu'elle ne se propage pas.

Vers minuit, trois responsables du mouvement "gilet jaune" apparaissent à la télévision: ils sortent d'un commissariat et disent à un journaliste qu'ils ont été arrêtés tôt ce matin-là et emprisonnés pour la journée. Leur avocat déclare qu'ils n'avaient rien fait de mal et qu'ils ont simplement été arrêtés "de manière préventive".
Il souligne qu'une loi votée en février 2019 permet à la police française d'arrêter toute personne soupçonnée de vouloir participer à une manifestation; aucune autorisation d'un juge n'est nécessaire pour cela, et aucun recours n'est possible.


Vendredi 19 juillet, l'équipe de football d'Algérie gagne à nouveau. Des jeunes Arabes se rassemblent en nombre près de l'Arc de Triomphe pour "célébrer" la victoire à nouveau. Les dégâts sont encore plus importants que huit jours auparavant. Davantage de policiers sont présents; ils ne font presque rien.

Le 12 juillet, deux jours avant le 14 juillet, plusieurs centaines de migrants clandestins entrent dans le Panthéon, le monument qui abrite les tombes de personnes qui ont joué un rôle majeur dans l'histoire de la France. Ils annoncent la naissance du mouvement des "Gilets noirs". Ils exigent la "régularisation" de tous les immigrants clandestins présents sur le territoire français et la fourniture de logements pour chacun d'entre eux. La police est présente mais n'intervient pas. La plupart des manifestants s'en vont sans être inquiétés. Quelques personnes s'en prennent à la police et sont arrêtées.

La France aujourd'hui est un pays à la dérive. Les troubles et l'anarchie ne cessent de gagner du terrain. Le désordre fait désormais partie de la vie quotidienne. Les sondages montrent qu'une large majorité de la population rejette le président Macron, déteste son arrogance et ne lui pardonne pas son mépris pour les pauvres; la façon dont il a écrasé le mouvement des "gilets jaunes" sans avoir prêté la moindre attention aux demandes les plus modestes des manifestants, telles que la possibilité que soient organisés des référendums citoyen comme cux qui existent en Suisse. Macron ne peut plus aller nulle part dans un lieu public sans risquer d'être confronté à un mouvement de colère.

Les "gilets jaunes" ont quasiment cessé de manifester et ont baissé les bras: un trop grand nombre d'entre eux ont été mutilés ou blessés. Leur mécontentement, néanmoins, est toujours là. Est susceptible d'exploser à nouveau.
La police française agit avec férocité face à des manifestants pacifiques, mais elle parvient difficilement à empêcher des groupes tels que les "Antifa" de provoquer des violences. En conséquence, à la fin de chaque manifestation, les "Antifa" agissent.

La police française semble particulièrement prudente face aux jeunes Arabes et aux migrants clandestins. Elle a reçu des ordres à cette fin. Les policiers français savent que les jeunes Arabes et les migrants clandestins peuvent aisément provoquer des émeutes de grande ampleur. Il y a trois mois, à Grenoble, la police a poursuivi des jeunes Arabes qui avaient commis un délit et qui fuyaient sur une moto volée. Ils ont eu un accident au cours de leur fuite. Cinq jours de pillages ont suivi.

Le président Macron a l'allure d'un dirigeant autoritaire face aux pauvres mécontents. Il n'a jamais dit à ceux qui ont perdu un œil ou une main, ou qui ont subi une lésion cérébrale irréversible qu'il regrette l'extrême brutalité dont a fait preuve la police.

Il a par contre demandé au Parlement français d'adopter une loiqui abolit presque complètement le droit de manifester et la présomption d'innocence, et qui permet d'arrêter n'importe qui, n'importe où, même sans motif. La loi a été adoptée.



En juin, le Parlement français a adopté une autre loi qui punit sévèrement quiconque dit ou écrit quoi que ce soit qui puisse être considéré comme un "discours de haine".

La loi est si vague qu'un juriste américain, Jonathan Turley, s'est senti obligé de réagir. "La France", a-t-il écrit, "est devenue l'une des plus grandes menaces internationales contre la liberté d'expression".



Macron est beaucoup moins autoritaire lorsqu'il a affaire à des anarchistes violents. Lorsqu'il a affaire à de jeunes Arabes et à des immigrants clandestins, il fait preuve de faiblesse.

Il sait ce que l'ancien Ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a dit en novembre 2018, lorsqu'il a démissionné du gouvernement:


Citation :
"Des communautés en France s'affrontent de plus en plus et ça devient très violent... Nous vivons côte à côte, je crains que demain nous ne vivions face à face".

Macron sait également ce que l'ancien Président François Hollande a déclaré après la fin de son mandat : "C'est ça qui est en train de se produire: la partition".

Macron sait que la partition de la France existe d'ores et déjà. Arabes et Africains, pour la plupart, vivent en France à l'écart du reste de la population dans des zones de non droit au sein desquelles la présence de non-Arabes et de non-Africains est de moins en moins acceptée.

Ils ne se définissent pas comme français, sauf lorsqu'ils disent que la France leur appartiendra bientôt. Des enquêtes montrent que nombre d'entre eux sont remplis d'un profond rejet de la France et de la civilisation occidentale.

Un nombre croissant d'entre eux placent leur religion au-dessus de leur citoyenneté. Beaucoup sont radicalisés et prêts à se battre.


Macron, lui, ne semble pas vouloir se battre.

Il choisit l'apaisement. Il poursuit résolument ses projets d'institutionnalisation de l'islam en France.

L'Association musulmane pour l'islam de France (AMIF) a été créée il y a trois mois.

Une de ses branches s'occupera de l'expansion culturelle de l'islam et prendra en charge la lutte contre le "racisme anti-musulman". Une autre branche sera responsable des programmes de formation des imams et de la construction de mosquées. Cet automne, un "Conseil des imams de France" sera mis en place.

Les principaux dirigeants de l'AMIF sont (ou étaient jusqu'à une période récente) membres des Frères musulmans, un mouvement qualifié d'organisation terroriste en Égypte, à Bahreïn, en Syrie, en Russie, en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis - mais pas en France.


Macron connait les données démographiques.

Elles montrent que la population musulmane en France augmentera considérablement dans les années à venir. (L'économiste Charles Gave a écrit récemment qu'en 2057, la France aura sans doute une majorité musulmane). Macron sait qu'il sera bientôt impossible à quiconque d'être élu président sans le vote des Musulmans. Il agit en conséquence.



Il voit sans doute que le mécontentement qui a donné naissance au mouvement "gilet jaune" est toujours là. Il semble penser que la répression suffira pour empêcher tout soulèvement ultérieur. Il ne fait donc rien pour remédier aux causes du mécontentement.


Le mouvement des "gilets jaunes" est né d'une révolte contre des taxessupplémentaires sur les carburants et contre des mesures gouvernementales excessives contre les automobilistes: limitations de vitesse abaissées à 80 km/h sur la plupart des routes – accroissement du nombre de radars de contrôle de vitesse; forte augmentation du tarif des contraventions, complexification et augmentation du prix des contrôles techniques des véhicules. Les taxes françaises sur les carburants ont récemment augmenté à nouveau, et sont aujourd'hui les plus élevées d'Europe (70% du prix payé à la pompe).

Les autres mesures prises contre les automobilistes sont toujours en vigueur et sont particulièrement lourdes pour les gens les plus pauvres. D'autant plus que ceux-ci ont ete chassés des banlieues par les immigrants et doivent en conséquence vivre plus loin de leur lieu de travail.


Macron n'a pris aucune décision qui soit à même de remédier à la situation économique désastreuse en France. Lors de son élection, les prélèvements obligatoires représentaient près de 50% du PIB.

Les dépenses publiquesreprésentaient 57% du PIB (le plus élevé des pays développés). La dette du pays était proche de 100% du PIB.


Les prélèvements obligatoires et les dépenses publiques sont aujourd'hui au même niveau et n'ont pas baissé. La dette du pays atteint désormais 100% du PIB. L'économie française ne crée pas d'emplois. La pauvreté reste très élevée: 14% de la population gagne moins de 855 euros par mois.


Macron ne prête aucune attention à l'effondrement culturel croissant qui marque le pays. Le système éducatif se délite. Un pourcentage croissant d'élèves finissent leurs années de lycée sans savoir écrire une phrase grammaticalement correcte, ce qui rend largement incompréhensible ce qu'ils écrivent. Le christianisme est en voie de disparition.

Une part croissante des Français non musulmans ne se définissent plus comme chrétiens. L'incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris était officiellement un "accident", mais Notre Dame n'a été que l'un des nombreux édifices religieux chrétiens du pays récemment ravagés.

Chaque semaine, des églises subissent des actes de vandalisme - dans l'indifférence générale du public. Au cours du premier semestre de 2019, 22 églises ont été incendiées.


La préoccupation principale de Macron et du gouvernement français ne semble pas être le risque d'émeutes, le mécontentement de la population, la disparition du christianisme, la situation économique désastreuse du pays, ou l'islamisation et ses conséquences.

Elle est le "changement climatique". Bien que la quantité d'émissions de dioxyde de carbone de la France soit infinitésimale (moins de 1% du total mondial), la priorité absolue de Macron est de lutter contre le "changement climatique induit par l'homme".



La Suédoise, Greta Thunberg, âgée de 16 ans, et néanmoins gourou de la "lutte pour le climat" en Europe - a récemment été invitée à l'Assemblée nationale française par des députés qui soutiennent Macron. Elle a prononcé un discoursdans lequel elle a affirmé que la "destruction irréversible" de la planète s'enclencherait très bientôt.

Elle a ajouté que les dirigeants politiques "ne sont pas assez matures" et ont besoin des leçons des enfants.

Les députés qui soutiennent Macron ont applaudi chaleureusement. Elle a reçu un prix de la liberté, qui vient d'être créé, et qui sera remis chaque année à des personnes "qui se battent pour les valeurs de ceux qui ont débarqué en Normandie en 1944 pour libérer l'Europe". Il est raisonnable de supposer qu'aucun de ceux qui ont débarqué en Normandie en 1944 ne pensait se battre pour "sauver le climat".

Macron et les parlementaires qui le soutiennent ne semblent pas se préoccuper de ce genre de détails.



Macron et le gouvernement français semblent également ne pas s'inquiéter du fait que les Juifs – confrontés à la montée de l'antisémitisme et légitimement inquiets de décisions de justice imprégnées d'un esprit de soumission à un islam violent - continuent à fuir la France.

Kobili Traoré, l'homme qui a assassiné Sarah Halimi en 2017 en scandant des sourates du Coran et en criant que les Juifs sont Sheitan (en arabe: "Satan") a été déclaré non coupable.

Traoré ayant fumé du cannabis avant le meurtre, les jugesont décidé qu'il n'était pas responsable de ses actes. Traoré sera sans doute bientôt libéré de prison. Que se passera-t-il s'il fume à nouveau du cannabis?


Quelques semaines après le meurtre de Sarah Halimi, trois membres d'une famille juive ont été agressés, torturés et retenus en otages chez eux par un groupe de cinq hommes qui ont affirmé que "les Juifs ont de l'argent" et que "les Juifs doivent payer". Ces hommes ont été arrêtés. Ils sont musulmans. Le juge qui les a mis en examen a annoncé que leurs actions n'étaient "pas antisémites".


Le 25 juillet 2019, l'équipe de football israélienne Maccabi Haifa devait participer à un match à Strasbourg, le gouvernement français a limité le nombre de supporters israéliens dans le stade à 600, pas un de plus.

Un millier d'entre eux avaient acheté des billets d'avion pour venir en France assister au match. Le gouvernement français a également interdit la présence de drapeaux israéliens dans le stade, ou ailleurs dans la ville.

Néanmoins, au nom de la "liberté d'expression", le ministère français de l'Intérieur a autorisé les manifestations anti-israéliennes devant le stade. Des drapeaux palestiniens et des banderoles portant la mention "Mort à Israël" étaient présents. La veille du match, dans un restaurant proche du stade, des Israéliens ont été violemment agressés.

"Alors que les manifestations appelant à boycotter Israël sont autorisées au nom de la liberté d'expression, les autorités interdisent aux supporters du Maccabi Haïfa d'afficher notre drapeau national. Un deux poids deux mesures inacceptable", a déclaré Aliza Ben Nun, ambassadrice d'Israël en France.


Voici quelques jours, un avion rempli de Juifs français quittant la France est arrivéen Israël. D'autres Juifs français suivront. Le départ des Juifs vers Israël implique des sacrifices: certains agents immobiliers français profitent du souhait de nombreuses familles juives de partir, et achètent ou vendent des propriétés appartenant à des Juifs à un prix très inférieur à leur valeur marchande.


Macron restera président jusqu'en mai 2022. Plusieurs dirigeants de partis de centre-gauche (Parti socialiste) et de centre-droit (Les républicains) ont rejoint La République en marche, le parti qu'il a créé il y a deux ans. Le parti socialiste et Les républicains se sont effondrés.

Le principal adversaire de Macron en 2022 devrait être le même qu'en 2017: Marine Le Pen, présidente du mouvement populiste Rassemblement National.



Bien que Macron soit largement impopulaire et détesté, il utilisera probablement les mêmes slogans qu'en 2017: il dire qu'il est le dernier rempart face au "fascisme" et au risque du "chaos".

Il a de fortes chances d'être réélu. Quiconque lit le programme politique du Rassemblement national peut voir que Marine Le Pen n'est pas fasciste. Quiconque examine la situation en France peut se demander si la France n'a pas déjà commencé à sombrer dans le chaos.



La triste situation qui règne en France n'est pas si différente de celle de nombreux autres pays européens. Il y a quelques semaines, un cardinal africain, Robert Sarah, a publié un livre intitulé 

Le soir approche et déjà le jour baisse
. " À la racine de l'effondrement de l'Occident", écrit-il, "il y a une crise culturelle et identitaire. "L'Occident ne sait plus qui il est, parce qu'il ne sait plus et ne veut pas savoir qui l'a façonné, qui l'a constitué, tel qu'il a été et tel qu'il est. (...) Cette auto-asphyxie conduit naturellement à une décadence qui ouvre la voie à de nouvelles civilisations barbares. "


C'est une description exacte de ce qui se passe en France - et en Europe.

. affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lesgensdeloconsurlaw.forumjonction.com
PACA

PACA

Messages : 3119
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeVen 2 Aoû - 14:18

LOI AVIA : LA FRANCE MET FIN À L’ÉTAT DE DROIT EN MATIÈRE D’EXPRESSION

PLUS QUE LA CORÉE DU NORD OU AUTRES LIEUX OÙ IL FAIT BON VIVRE, « LA FRANCE EST UNE DES PLUS GRANDES MENACES MONDIALES CONTRE LA LIBERTÉ D’EXPRESSION », TELLE EST L’OPINION DE JONATHAN TURLEY, PROFESSEUR DE DROIT À L’UNIVERSITÉ GEORGES WASHINGTON, EXPRIMÉE DANS THE HILL« LA COLLINE », QUOTIDIEN RÉUNISSANT DES JOURNALISTES DÉMOCRATES ET RÉPUBLICAINS DISTRIBUÉ GRATUITEMENT DANS ET AUTOUR DU CAPITOLE. À QUOI FAIT-IL RÉFÉRENCE ? À LA LOI AVIA, PRÉSENTÉE ET VOTÉE EN FRANCE EN TANT QUE « LOI DE LUTTE CONTRE LA HAINE SUR INTERNET ».


La Loi Avia : de qui s’agit-il ?
Laetitia Avia, née en Seine-Saint-Denis, est députée LREM de la 8e circonscription de Paris, avocate (il est donc possible de passer le périphérique dans ce sens-là, en vrai) et femme de couleur originaire du Togo.
Elle a pu enseigner à Sciences Po Paris grâce à l’ouverture de l’école aux banlieues, faisant partie des premières générations ainsi issues de la « diversité » à s’engager en politique (du même bord, dans tous les cas). Laetitia Avia l’a clairement dit : c’est du fait de son expérience personnelle de « victime » qu’elle voulait une telle loi.
La Loi Avia est donc en premier lieu une loi typique de l’ambiance progressiste actuelle : loi d’émotion comme il existe des lois d’exception. Dans ce cas, les deux ont tendance à se confondre. Notons que le 5 juillet 2017, Le Canard Enchaîné révélait que Laetitia Avia avait mordu à l’épaule un chauffeur de taxi, le 23 juin 2017, à Saint Mandé, suite à une altercation. La députée a reconnu les faits devant la police, avant d’ensuite nier avoir mordu le chauffeur à l’épaule.

UNE LOI VOTÉE À LA QUASI-UNANIMITÉ


La loi est intitulée « loi contre la haine sur internet » a été votée à l’Assemblée Nationale le mardi 9 juillet par 434 voix pour et 33 contre. C’est en soi un indicateur de l’état de la démocratie représentative en France. Elle avait été annoncée par le président Macron lors du dîner du CRIF en février 2019. Son objet est de bannir des grandes plateformes en ligne les discours dits « haineux ».
Les principales mesures sont l’obligation pour les plateformes et moteurs de recherche principaux de retirer sous 24 heures des contenus dits haineux car ils cibleraient l’appartenance religieuse (même les païens et les chrétiens ?), ethnique (cela concerne-t-il les blancs ?), sexuelle (les hétéros aussi ?) ou le handicap (les personnes favorables à l’euthanasie de Vincent Lambert seront-elles concernées ?). A ces propositions de départ, larges et peu claires, l’assemblée a ajouté « la provocation au terrorisme et la pédopornographie ». Toute plateforme ne retirant pas ces contenus paiera 1,25 millions d’euros d’amende

PRIME À LA DÉLATION


La question est : qui détermine que le contenu est illicite, et ce en moins de 24 heures ?
Réponse : ce sont les internautes qui signalent ces contenus. Autrement dit, il n’y a pas de procédure judiciaire ni d’intervention d’un juge. La pratique organise une forme de délation, donne le primat à l’émotionnel et le pouvoir à des petits groupes organisés plutôt qu’à la justice. La question de l’état de droit relativement à la liberté d’expression est en effet maintenant posée en France.
Sur toutes les plateformes, il y aura donc un bouton très visible permettant de signaler tout contenu jugé illicite par tout internaute. Le CSA veillera ensuite au grain, pouvant imposer une sanction, si une plateforme résiste, allant jusqu’à 4 % du chiffre annuel mondial de cette plateforme.
Les plateformes sont obligées de coopérer avec la justice et donc de fournir, à l’instar de Facebook maintenant, à la justice les adresses IP d’auteurs de propos supposés haineux (rappelons que ces derniers, vous, moi, votre voisin, seront dénoncés par la seule grâce d’un simple bouton, en un clic), ce qui permettra de mettre en place une base de données, que les plateformes auront le devoir de conserver afin de pouvoir comparer les nouvelles publications avec d’anciens cas.

UNE LOI DANGEREUSE POUR LA DÉMOCRATIE, LES LIBERTÉS ET L’ÉTAT DE DROIT


Toute personne de bonne foi le reconnaîtra : l’État, par le biais de sa justice, a le devoir de faire respecter la loi et de sanctionner les manquements. Dans le cadre de la loi. Ainsi, tout propos qui tombe sous le coup de la loi doit être sanctionné par la justice, dans le cadre de l’État de droit. C’est précisément ici que le bât blesse : la justice n’intervient qu’après la sanction. Et encore… il faudra voir, avec l’expérience, si la justice a le temps de se focaliser sur les milliers de cas qui vont être concernés puisque les internautes vont sans doute se mettre à « boutonner » comme de jeunes filles au printemps. A commencer par les organisations d’ultra gauche, jamais inquiétées, jamais poursuivies en justice, qui doivent déjà fêter cela bruyamment dans l’un ou l’autre camping de Saint-Tropez.
Les reproches faits à cette loi sont nombreux. Elle est accusée de limiter la liberté d’expres​sion(RN, LFI) ou de nécessiter trop de moyens humains et matériels pour être efficace (PS). Le fait est que les plateformes vont avoir intérêt à faire du zèle, ainsi que le montre l’exemple allemand, un des rares pays où ce type de dispositif existe déjà : Facebook a été assujettie à une amende de deux millions d’euros simplement pour avoir manqué de clarté en signalant le nombre de contenus supprimés… Des associations comme La Quadrature du Net, peu sujette à soupçons, indiquent que « Le gouvernement ne veut pas du tout régler ce problème de haine en ligne » (Franceinfo, 10 juillet 2019). Cette association démontre d’ailleurs que la surveillance généralisée des contenus et que la vérification qu’ils ne sont pas remis en ligne sont strictement interdits par une directive européenne depuis 2000, ce qui conduit effectivement à douter de la légalité de la loi Avia – à l’échelle européenne.
La Quadrature du Net insiste aussi sur le point fondamental : étant amenées à partager une base de données supposément illicites, les plateformes vont remplacer les instances judiciaires. Pire, pour cette association, la loi Avia marque le franchissement d’une marche supplémentaire vers le fait de léguer le pouvoir politique aux grandes entreprises, en particulier multinationales. Cela étonnera-t-il de la part de Macron et de son gouvernement ? La loi Avia, contrairement à ce qui est annoncé, n’est pas une loi de protection des personnes ni de la démocratie, elle est au contraire une loi politique autoritaire qui nie l’État de droit en France. Et bientôt en Europe.

TANT QUE VOUS ÊTES ICI...



LA VIE SOUS MACRON  Cochon-dons-300x221
L’Ojim est là pour vous aider à vous guider dans le monde opaque et souvent univoque des médias.
Contrairement à beaucoup, nous avons choisi une formule gratuite qui permet de mettre nos informations à la disposition de tous, indépendamment de leurs moyens. L’Observatoire est totalement indépendant, libre de toute publicité, de toute subvention, de tous actionnaires. Ce qui nous permet de donner une voix à ceux qui sont rarement entendus. Ce qui nous différencie de nombreux médias à un moment où la loyauté de l’information devient cruciale. Votre contribution, modeste ou importante, sert directement à régler la partie technique du site et à rémunérer nos rédacteurs. Chaque don bénéficie d’un reçu fiscal de 66%. Un don de 100 € ne vous coûtera que 33 €. Merci de votre soutien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACARIE

ACARIE

Messages : 80
Date d'inscription : 14/06/2019

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeJeu 18 Juil - 10:43

La nationalité française refusée à une infirmière car elle travaille trop


Ouest-France.le 17/07/2019 à 




Dans le Val-de-Marne, une infirmière s’est vue refuser la naturalisation française car elle ne respecte pas le temps de travail légal, fixé à 48 heures par semaine.



[url=https://www.teads.com/?utm_source=inread&utm_medium=credits&utm_campaign=invented by teads][/url]
Son histoire a provoqué une vague d’indignation sur les réseaux sociaux. Une infirmière du Val-de-Marne s’est vue refuser sa demande de naturalisation française, sous le prétexte qu’elle ne respectait pas le temps de travail légal.
L’infirmière cumule trois emplois et effectue au total pas moins de 271 heures de travail mensuelles, soit près de 59 heures hebdomadaires. Or, en France, le seuil légal est fixé à 48 heures et 44 heures par semaine en moyenne sur une période de douze jours consécutifs.



Procédure d’appel

Dans son courrier de refus, la préfecture a souligné l’infraction « au regard de la réglementation sur le temps de travail en France » et précisé à la demandeuse déboutée que sa demande était ajournée pour une durée de deux ans. Contactée par nos confrères de 20 Minutes, la préfecture du Val-de-Marne a confirmé l’authenticité de la lettre diffusée sur les réseaux sociaux.
Partagée sur les réseaux sociaux par Nicolas Delage, un ami de l’infirmière, la lettre a soulevé une vague d’indignations. « J’ai trouvé cela scandaleux, a-t-il confié à 20 Minutes. Une des raisons pour lesquelles on devrait donner la nationalité, c’est le travail. Elle ne vole le travail de personne. »






Nicolas Delage a également précisé l’intention de l’infirmière déboutée de faire appel auprès du ministère de l’Intérieur.
La nationalité française refusée à une infirmière car elle travaille trop...


.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACARIE

ACARIE

Messages : 80
Date d'inscription : 14/06/2019

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeDim 14 Juil - 17:19

Face aux affaires,De Rugy riposte: "En France, le modèle n'est pas la barre chocolatée de la ministre suédoise" 
 

LA VIE SOUS MACRON  66157468_23843482497500300_7523691806668619776_n.png.jpg?_nc_cat=100&_nc_oc=AQmkJcaPeKb5xSQS2ILwydxPCIz4fTxiBVH4l1A0TE0pqZCL6x1YAB8-Z59kmFC-prw&_nc_ht=scontent.fcdg1-1


Interviewé par Le Journal du Dimanche, le ministre de la Transition écologique et solidaire espère que le dossier sera clôt "fin juillet", à l'issue des vérifications réalisées par la déontologue de l'Assemblée nationale.



"L'enjeu, c'est de tenir alors qu'on veut vous démolir." Dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, François de Rugy veut afficher sa détermination face aux multiples révélations le concernant. Il assure s'être entretenu avec la déontologue de l'Assemblée nationale, qui doit passer au peigne fin les dépenses qu'il a engagées lorsqu'il occupait l'Hôtel de Lassay.
Le ministre de la Transition écologique et solidaire espère "que ce sera fini fin juillet". "Personne n'a envie de laisser traîner ça", déclare-t-il au JDD, s'estimant ciblé par "tout un tas de gens qui se vengent". 
Citation :
"Je n'ai rien fait qui soit en dehors des clous. En France, le modèle n'est pas la barre chocolatée de la ministre suédoise..."




Rugy s'explique sur Klein



François de Rugy s'explique par ailleurs sur le limogeage brutal de sa directrice de cabinet Nicole Klein, qui a occupé indûment un logement social pendant plusieurs années. Dans une interview accordée à Ouest-France, elle accuse son ancien patron d'avoir "voulu sauver sa tête en offrant la (sienne)". 
Citation :
"Elle ne voulait pas bouger, elle ne fournissait aucune explication, il fallait bien trancher", lui répond François de Rugy.
Depuis ses multiples mises en cause, émanant notamment de Mediapart mais aussi du Parisien, l'élu de Loire-Atlantique n'a reçu qu'un soutien relativement timide de la part des membres du gouvernement. Idem chez les députés de la majorité, qui l'enjoignent à fournir toutes les justifications possibles aux dîners organisés dans la résidence du président de l'Assemblée nationale, l'Hôtel de Lassay.
Jules Pecnard
.

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
L'arrogant DE RUGY se trompe ...il n 'a pas compris que les Français veulent  être gouvernés par des gens honnêtes et avoir une république aussi transparente que les pays scandinaves ...

HONTE A LUI ..

 Le gros FUCK de Macron au peuple français en ce jour de fête nationale 
Sans aucune honte et sans nul doute par provocation ,Macron  exhibe fièrement son homard fétiche dans les tribunes.

De Rugy se pavane dans les tribunes du défilé du 14 juillet.


Combien de temps cela va-t-il durer ?



PETITION POUR LA DEMISSION DE DE RUGY :


https://www.leslignesbougent.org/petitions/pour-la-demission-de-francois-de-rugy/?source=LLB34490007&co_source1=VBN34480007&utm_campaign=pour-la-demission-de-francois-de-rugy&utm_source=facebook-ads&utm_medium=social-paid&fbclid=IwAR0GyZ-jcs1R-Ru5u3h6tHYI_At01RbWiMKVP_82wp4iZEOMhrUdV9r1pqc




affraid affraid affraid affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACARIE

ACARIE

Messages : 80
Date d'inscription : 14/06/2019

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeSam 13 Juil - 9:09

José CASTANO
Lettre au Baron Goullet de Rugy

« Monsieur, ce que j'admire en vous, c'est que vous avez le courage d'être vous-même ; avec tout ce que cela comporte de ridicule ! » (Raymond Devos)
Nous savions, depuis son avènement, que le gouvernement était composé de paltoquets, d’amateurs et d’incapables mais Jupiter Micron, conseillé par Bayrou, le crétin des Pyrénées, nous avait promis une « moralisation de la vie politique ». On allait voir ce qu’on allait voir : des députés, des ministres honnêtes, intègres, irréprochables. Bref, la France ne serait plus une république bananière et l’un des pays les plus corrompus du monde civilisé (si tant est que la France soit encore un pays civilisé !)
Depuis, Ferrand, Bayrou-les-grandes-oreilles et la sorcière Cruella de Sarnez ont dû quitter le gouvernement avec des casseroles tintinnabulantes aux fesses…
Et voilà que « Médiapart » nous apprend que l’aristo-pastèque (vert à l’extérieur, rouge à l’intérieur), le Baron de Rugy aurait allégrement tapé dans la cave de l’Hôtel de Lassay quand il était au perchoir, poste qui convenait parfaitement à sa vanité de paon.
Voyez-vous, Baron, nous avons un point commun : nous sommes l’un et l’autre des petits hobereaux de province. Votre famille reçut en avril 1785 des lettres d'anoblissement « en tant que de besoin ».
D'Hozier donne copie des dites-lettres accordées par le roi Louis XVI à Jean Melchior Goullet de Rugy en avril 1785. La famille Goullet de Rugy a accédé à la noblesse en 1765 par l'exercice d'une charge au parlement de Metz. D'Hozier mentionne en effet un membre de la famille Goullet de Rugy qui fut conseiller au parlement de Metz mais la charge de conseiller, au sein de ce parlement, ne donnait la noblesse qu'au terme de la deuxième génération d'exercice successif de la dite charge (anoblissement graduel). Noblesse récente donc mais qui devrait vous imposer des valeurs, des principes moraux, des devoirs et, surtout, un minimum de dignité.
Feu mon père, qui était un seigneur, disait souvent: « porter un nom (ou un titre) ne donne aucun droit mais un devoir : celui de s’en montrer digne. »
Aristocratie, Baron, vient du grec aristokratia (aristos, excellent, le meilleur, le plus brave et kratos, pouvoir). Ceci ne veut pas dire que nous soyons les meilleurs. Les fins-de-race de mon espèce on bien peu de talent et pour ma part, sans fausse modestie, je n’en ai aucun susceptible de me démarquer de la médiocrité ambiante. Mais l’aristocrate doit avoir du panache, une posture, un comportement, des prises de position qui n’enfreignent pas les règles les plus élémentaires du savoir vivre et de la morale chrétienne. C’est en cela qu’il peut, qu’il doit, être un modèle ou un exemple.
Bon, je vous concède bien volontiers des circonstances atténuantes : né en 1973 à Nantes, vous êtes le fils de Dominique de Rugy et de Maryvonne Fritz, tous deux enseignants, donc, je présume, de gauche ? Vous avez fait des études correctes de « fils de profs » au lycée Guist'hau de Nantes, puis l'Institut d'Etudes Politiques (IEP) à Paris, dont vous sortez diplômé en 1994.
Mais, avant même d’avoir fini vos études, vous entamiez une carrière de girouette politique : dès 1991, vous adhérez à « Génération Ecologie », le parti de Brice Lalonde, que vous trouvez « plus cohérent et plus pragmatique qu'Antoine Waechter ». Mais vous quittez le mouvement en 1994.
En 1997, vous voilà chez les Verts, et vous vous présentez aux élections législatives de mai 1997 dans la 3e circonscription de Loire-Atlantique. Vous réalisez un score lamentable : 3,87 % des suffrages.
En 2001, allié au PS, vous voilà élu conseiller municipal de Nantes, dans le groupe des Verts. Adjoint au maire, chargé des transports, vous êtes aussi l'un des vice-présidents de la communauté urbaine. Vous n’avez jamais travaillé ce qui, en France, vous prédestine à une belle carrière politique.
Mal remis de votre claque aux législatives de 2001, en 2007 vous faites alliance avec le PS.
Le 17 juin 2007, le ticket formé avec le socialiste Pascal Bolo obtient 52,03 % des suffrages, battant le député sortant UMP Jean-Pierre Le Ridant.
Affilié au groupe parlementaire de la « Gauche Démocrate et Républicaine », vous êtes élu secrétaire de l'Assemblée Nationale le 27 juin 2007.
Aux municipales de 2008, vous êtes le candidat unique de la gauche à Orvault, et vous êtes encore largement battu. Mais vous êtes réélu député en juin 2012, dans le cadre d'une candidature « Europe Écologie Les Verts », reconduisant le ticket de 2007 avec Pascal Bolo, du PS.
Pour la présidence du groupe parlementaire EELV, vous poignardez dans le dos ce vieil écolo-gaucho de Noël Mamère en vous faisant désigner coprésident du groupe écologiste, en tandem avec votre copine, la blondasse au sourire niais Barbara Pompili, la « poupée Barbie » de l’écologie.
Le 27 août 2015, nouveau revirement : dans le journal « Le Monde » vous annoncez que vous quittez EEVL, dont vous dénoncez « l'absence de débat interne ». Quelques jours plus tard, vous participez à la création de « l'Union des Démocrates et Ecologistes », mouvement de centre gauche… Mais vous laissez à votre ancien parti 11 600 euros de cotisations impayées.
Le 19 mai 2016, nouveau coup tordu : avec cinq autres députés, vous quittez le groupe écologiste, provoquant sa dissolution, et vous rejoignez le groupe socialiste.
Votre sourire carnassier dissimule mal vos dents à rayer le parquet. Imbu de vous-même, ne doutant pas de votre bonne étoile, on vous retrouve candidat aux primaires de gauche en 2017.
Vous avez pour ambition de mettre « l'écologie au cœur du projet de la gauche », à travers 66 propositions démagogiques détaillées sur votre site internet.
Sur les questions de société, vous souhaitez, entre autres, légaliser le cannabis, l'euthanasie et le suicide assisté, ouvrir la Procréation Médicalement Assistée pour toutes les femmes et encadrer la Gestation Pour Autrui. Dès 2011, vous vous prononciez déjà en faveur de la GPA, partisan du mariage homosexuel, et vous estimiez que « l'adoption d'enfants est un droit qui devrait être ouvert à tous ». Par ailleurs, vous déclariez que l’IVG et la PMA sont des « étapes dans l’émancipation des individus ». Et vous ajoutiez « n’être croyant, ni pratiquant, d'aucune religion ».
Devant un tel programme, certains vous soupçonnent d’être Franc-maçon.
Une chose est certaine, le 14 décembre 2017, vous avez été reçu en grandes pompes par le GODF, rue Cadet. Vous y éreintiez publiquement Jean-Luc Mélenchon qui fait pourtant partie de la maison, es qualité de frère du GODF.
Êtes-vous franc ? Oui, comme un âne qui recule. Êtes-vous maçon ? Assurément non car vous avez passé votre vie à démolir plutôt qu’à construire. Mais votre programme ressemblait assez aux « avancées sociétales » prônées par le GODF. A vrai dire, on s’en fout que vous soyez ou non « frère la gratouille ». Vous en avez le mental et vous êtes - au mieux ou au pire ? - un « maçon sans tablier » et, assurément, un arriviste sans le moindre scrupule…
Mais revenons aux primaires : le 15 janvier 2017, lors du deuxième débat télévisé, devant 1 750 000 téléspectateurs, vous prenez publiquement l'engagement de soutenir le vainqueur des primaires. Le 22 janvier 2017, nouvelle claque : vous obtenez …3,82 % des voix.
Et moins d’un mois plus tard, vous reniez votre engagement - pourtant public - de soutenir le vainqueur, Benoît Hamon, et vous vous engagez sans la moindre honte aux côtés de Macron pour la présidentielle. La haute autorité des primaires qualifie votre attitude de « contraire au principe de loyauté ». On pense à cet adage bien connu des maquignons et qui dit : « La parole vaut l’homme ou l’homme ne vaut rien »… Car vous ne valez RIEN, Baron, vous êtes un félon, un renégat et un traître !
Candidat à un troisième mandat de député, vous êtes réélu sous les couleurs macronistes le 18 juin 2017. Aussitôt élu, vous postulez à la présidence de l'Assemblée Nationale. Pour obtenir le perchoir, vous vous engagez à remettre en jeu votre présidence de l’Assemblée à mi-mandat (selon la règle édictée par « La République en marche »). Quelques jours plus tard, vous invoquez l'article 32 de la Constitution qui vous autorise à aller au terme de votre mandat. Encore une volte-face !
Le 24 janvier 2018, vous faîtes adopter par l'Assemblée une instruction générale interdisant le port de signes religieux « ostensibles » et contraignant les députés à avoir une tenue vestimentaire « neutre ». Vous êtes décidément, Baron, un bien triste personnage !
Le 4 septembre 2018, après le départ d’Hulot, vous êtes nommé ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire. Mais cette nomination est, en réalité, une exfiltration car, au palais Bourbon, certains vous qualifient de « con prétentieux ». De plus, les révélations de « Médiapart » commencent à « fuiter » et, en ce début de grogne des « Gilets jaunes », le tandem Macron-Philippe veut éviter un nouveau scandale.
J’ai omis de dire, Baron, que vous êtes père de deux enfants, avec votre première compagne dont vous êtes séparé. On raconte que vous auriez eu ensuite des faiblesses pour « Barbie » Pompili… Et, le 16 décembre 2017, vous épousiez, à la mairie du 7ème arrondissement, Séverine Servat, journaliste à « Gala », un torche-cul « people » pour shampooineuses et garçons-de-bains.
Alain Delon était un homme à femmes ; vous, vous êtes, semble-t-il, un homme à blondasses idiotes. C’est avec (avec ou à cause de ?) votre épouse - dont la distinction de poissarde ne m’a pas échappé - que vous auriez organisé, selon « Médiapart », de somptueuses soirées privées en réquisitionnant du personnel de l'Assemblée Nationale, ainsi que du matériel et des consommables (notamment « de grands crus directement issus des caves de l’Assemblée »). Ces révélations, parues plusieurs mois après votre départ de l'Hôtel de Lassay, provoquent une vive polémique. Gageons que ce sera encore une tempête dans un verre d’eau ! Je n’ose pas écrire « dans un bénitier » de peur de froisser votre athéisme militant.
A l’heure où j’écris, certains demandent votre démission ce qui tendrait à prouver qu’ils n’ont rien compris à la ripoux-blique « exemplaire » voulue par Macron : on se gave entre voyous « et en même temps » on méprise la valetaille, ce populo qui fume et qui roule au diésel
José CASTANO



.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACARIE

ACARIE

Messages : 80
Date d'inscription : 14/06/2019

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeJeu 11 Juil - 17:39

LA VIE SOUS MACRON  66299910
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACARIE

ACARIE

Messages : 80
Date d'inscription : 14/06/2019

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeJeu 11 Juil - 8:04

Toi aussi, fais comme De Rugy : mange comme les "vrais gens" !


LA VIE SOUS MACRON  66776310



Des couilles en or pour De Rugy
Des nouilles encore pour Acarie


.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACARIE

ACARIE

Messages : 80
Date d'inscription : 14/06/2019

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeJeu 4 Juil - 7:59

Et en même temps ...............il ment tout le temps 


LA VIE SOUS MACRON  65677010
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lecteur compte rendu
Invité



LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeMar 2 Juil - 14:47

un petit message pour tout les gens du forum qui s’intéressent à l'épanouissement de leurs enfants

compte rendu Essars du 20 juin




1)      Intervenant musical à l’école :
 
M le maire expose qu’un intervenant titulaire coûterait à la commune, environ 1000€ par mois ; tandis qu’un stagiaire avec 2 ans d’ancienneté, coûterait 3500€ par an pour 5h de cours dispensés par semaine au sein de l’école.
B. Petit s’étonne que ce genre d’intervention ne soit pas pris en charge par l’Education Nationale.

A. Boucké répond que « l’E.N forme les professeurs des écoles mais pas nécessairement dans l’enseignement musical.





Ces professeurs ne sont pas très bien formés ou sensibilisés à l’enseignement de la musique. Par contre, c’est un enrichissement pour les éléves. Est-ce une demande de l’équipe enseignante ? »
G. M. : « Non, de moi car j’ai toujours souhaité que des professeurs de musique puissent intervenir en milieu scolaire. C’est différent de ce qui est enseigné à l’école de musique. Il s’agit d’un contrat d’un an reconductible 3 ans.»
 

Après discussions, le conseil municipal décide, à la majorité (2 abstentions), la mise en place d’une intervention musicale à l’école Pierre Bachelet.
Un intervenant stagiaire dispenserait des cours 5 heures par semaine.
Le Conseil Municipal, donne tout pouvoir à Monsieur le Maire pour la signature d’une convention avec le CFMI (Centre de Formation de Musiciens Intervenants de Lille).






---------------------------------
je vous invite à lire également la partie sur la future campagne municipale( c'est quelque chose l'opposition sur Essars) et la dure vie de l'artisan boulanger (avec tout le sérieux du monde)



Revenir en haut Aller en bas
ACARIE

ACARIE

Messages : 80
Date d'inscription : 14/06/2019

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeMar 2 Juil - 10:08

À la rentrée 2019, 400 écoles rurales vont fermer leurs portes 

LA VIE SOUS MACRON  High_d-20180315-3L3N73.jpg?crop_x1=0.1687&crop_y1=-0.0&crop_x2=0.5644&crop_y2=1.0&widthPct=0.16785708&heightPct=0
Les écoles de villages sont supprimées 
au profit des RPC.
 PH. BAZIZ CHIBANE

 
 
 

FRANCE.
Aucune école fermée jusqu’à la fin du quinquennat d’Emmanuel Macron ? C’était la promesse du président de la République fin avril pour conclure le Grand débat.

Mais selon Le Parisien, qui relaie une étude de l’Éducation nationale, 400 écoles, la plupart en milieu rural, vont bien fermer leurs portes définitivement en fin de semaine, pour la fin de l’année scolaire.



UNE PROMESSE


ASSORTIE D’UN PETIT DÉTAIL

Le chef de l’État avait en effet assorti sa promesse d’un petit détail : aucune fermeture certes, mais surtout « pas sans l’accord des maires ». Sur ces 400 fermetures, 150 relèvent bien de l’administration. Les 250 autres relèvent d’une discussion concertée avec les élus locaux.

Dans le cadre de la refonte de la carte scolaire mais aussi de la fusion de nombreuses communautés de communes, les écoles de villages sont supprimées puis fondues dans des ensembles plus grands, plus modernes et qui coûtent moins cher : les RPC, pour «regroupement pédagogique concentré ».

Le Parisien cite l’exemple concret de la Somme. Dans ce département, 30 fermetures d’écoles sont prévues : trois par l’Éducation nationale, 27 par les communautés de communes.

« On est en train de casser la relation sociale de nos villages avec ces cartes scolaires, qui servent d’abord à remplir les classes », déplore Dorothée Farcy, membre du bureau du syndicat SNUIPP de la Somme et enseignante dans le primaire.

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACARIE

ACARIE

Messages : 80
Date d'inscription : 14/06/2019

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeMer 19 Juin - 17:06

magnifique lapsus de la ministre ...
tout est dit .



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACARIE

ACARIE

Messages : 80
Date d'inscription : 14/06/2019

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeMer 19 Juin - 8:38

si vous êtes contre la privatisation des aéroports de Paris :


https://www.referendum.interieur.gouv.fr/

Référendum d'initiative partagée

Bienvenue sur le site de soutien aux propositions de loi référendaire prévues à l'article 11 de la Constitution

Le référendum d’initiative partagée est le dispositif prévu par l'article 11 de la Constitution depuis la révision constitutionnelle de 2008. Un référendum portant sur les domaines mentionnés à l'article 11 de la Constitution « peut être organisé à l'initiative d'un cinquième des membres du Parlement, soutenue par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales ». Vous pouvez en savoir plus sur le référendum d'initiative partagée en cliquant sur ce lien.

Déposer un soutien à la proposition de loi visant à affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris

Vous pouvez déposer un soutien à la proposition de loi visant à affirmer le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris en cliquant sur ce lien.

Rechercher un soutien à une proposition de loi référendaire

Vous pouvez rechercher votre soutien avec votre récépissé en cliquant sur ce lien ou bien rechercher un soutien à une proposition de loi référendaire en cliquant sur ce lien.

Déposer une réclamation ou un recours

Vous pouvez déposer une réclamation en cliquant sur ce lien ou un recours en cliquant sur ce lien.

Aide

Pour en savoir plus sur vos droits et démarches, veuillez consulter l'aide en ligne.

https://www.referendum.interieur.gouv.fr/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACARIE

ACARIE

Messages : 80
Date d'inscription : 14/06/2019

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeMer 19 Juin - 8:05

si vous êtes contre la privatisation des aéroports de Paris :


https://www.referendum.interieur.gouv.fr/


Dernière édition par ACARIE le Mer 19 Juin - 8:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACARIE

ACARIE

Messages : 80
Date d'inscription : 14/06/2019

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeDim 16 Juin - 9:40

Six députés La République en Marche du Nord claquent la porte de leur comité politique



Samedi 15 juin 2019 à 16:20 - 
Par Louise ThomannFrance Bleu NordFrance Bleu





Six députés marcheurs du Nord ont envoyé un courrier au secrétaire général de La République en Marche, Stanislas Guérini. Ils dénoncent des dysfonctionnements au sein du comité politique nordiste du mouvement, et annoncent leur départ provisoire de cette instance.
LA VIE SOUS MACRON  870x489_christophe_morinLes six députés dénoncent des "dysfonctionnements" au sein du mouvement En Marche dans le Nord. © Maxppp - Christophe Morin
 
Nord, France

Rétention d'information, intimidations, sexisme. Les griefs des six députés En Marche du Nord sont nombreux. Ils les énumèrent dans un courrier envoyé mercredi 12 juin au délégué général du parti, Stanislas Guérini, que France Bleu Nord a pu consulter. Ils annoncent également leur "retrait provisoire" du comité politique LREM du Nord.

Des dysfonctionnements en interne

Charlotte Lecoq, Valérie Petit, Anne-Laure Cattelot, Jennifer de Temmerman, Catherine Osson et Dimitri Houbron, tous les six ont été élus aux dernières législatives. Tous ont signé ce courrier. Ils se retirent cette semaine du comité politique nordiste du mouvement La République en Marche. "C'est un retrait temporaire, mais c'est un signal fort", alerte Catherine Osson. L'un des signataires explique que les dysfonctionnement ont commencé depuis le début de leur mandature, entre les élus, et le reste du mouvement du département.

De la cuisine interne

Durant les élections européennes, les petites frustrations se sont accumulées. Des dates de réunion communiquées tardivement aux députés, "qui nous savonnent la planche" confie une élue. Un communiqué de presse à Roubaix, réalisé par un "marcheur dissident", qui n'est pas désavoué par le comité. "C'est de la cuisine interne" soupire Anne-Laure Cattelot, mais ces petits gestes font déborder le vase. 

"Gestes agressifs et sexistes"

"Il y a de la violence politique à l'intérieur de ce mouvement" assène Catherine Osson, également signataire. "Je suis engagée pour me battre contre le Rassemblement national, par pour me battre contre mon camp." Elle dénonce des agressions sexistes : "on ne peut pas déclarer l'égalité femme homme "grande cause du quinquennat" et laisser faire ces discours par derrière. Parce qu'on est femmes on est attaquées avec plus de virulence."Dans la lettre, ils parlent également d'intimidation des militants.
Citation :
Les municipales vont être un enfer.
Tous ont en ligne de mire les élections municipales de 2020. Si les choses ne changent pas, "les municipales vont être un enfer" soupire l'un des signataires. Ils demandent une réunion avec le délégué général du partir Stanislas Guérini, le comité politique nordiste, et le ministre Gérald Darmanin pour résoudre ces dysfonctionnements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACARIE

ACARIE

Messages : 80
Date d'inscription : 14/06/2019

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeSam 15 Juin - 5:05

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ACARIE

ACARIE

Messages : 80
Date d'inscription : 14/06/2019

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeSam 15 Juin - 4:50

Sale journée pour les droits des femmes et l’accès à l’IVG.
Il y a 4 jours, l’amendement défendu par Laurence Rossignol allongeant les délais de l’IVG de deux semaines (passant ainsi de 12 à 14 semaines) était adopté par le Sénat. Une avancée pour les femmes qui doivent se rendre à l’étranger quand le délai est dépassé.
Ce matin, la droite au Sénat demande un nouveau vote sur cet amendement au motif que l’accord du Gouvernement est nécessaire.
Cet après-midi, la 2ème délibération sur cet amendement, à la demande de la droite et du Gouvernement, est adoptée. 
2h plus tard, la coalition droite/Gouvernement a eu raison de cet amendement et l’allongement du délai de 2 semaines passe à la trappe.
1h plus tard, Marlène Schiappa fait diversion en déclarant soutenir "la mission de la délégation des droits des femmes de l’Assemblée nationale & la proposition de loi de sa présidente pour améliorer l’accès des femmes à l’IVG, en allonger les délais, et "poursuivre le travail de diplomatie féministe pour défendre l’IVG partout dans le monde".
Proposition de loi qui sera examinée on-sait-pas-quand.
 Foutage de Gueule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3119
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeMar 11 Juin - 7:34

ILS APPELLENT CA LE NOUVEAU MONDE 


LA VIE SOUS MACRON  62166410
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
PACA

PACA

Messages : 3119
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeDim 9 Juin - 15:05

Désolé  LULU mais moi je n 'ai rien gagné 
ma CSG  a été augmentée 
je paye toujours ma taxe d habitation
ma retraite ne sera pas indexée car j 'ai plus de 2000 euros 
Preuve qu 'avec les hommes politiques nous ne sommes  pas traités a égalité.
et Il y a de plus en plus de radars 
et la vitesse réduite a 80 k/h me hérisse  


C'EST DONC UN BILAN NÉGATIF POUR MOI ET JE FAIS DONC PARTIE DES 73 % DES FRANÇAIS MÉCONTENTS
JE FERAIS AUSSI REMARQUER QUE CERTAINES MESURES CITEES PAR VOUS FURENT OBTENUES SOUS LA PRESSION DES GILETS JAUNES 



Deux ans après son élection et au lendemain de la présentation de ses propositions issues du Grand Débat National, 73% des Français jugent plutôt négatif le bilan d’Emmanuel Macron, une proportion qui progresse de 20 points en un an.


  • Le président de la République se situe donc à des niveaux de mécontentement plus élevé que ceux qu’enregistraient Jacques Chirac (64%) et Nicolas Sarkozy (63%) au même moment de leur mandat. François Hollande avait atteint, lui, dès la fin de la première année de sa présidence, un niveau plus élevé encore : 76% des Français tiraient ainsi un bilan négatif de son mandat en 2013.


  • Par rapport à l’an dernier les jugements se durcissent dans l’ensemble des catégories de la population mais plus fortement encore chez les électeurs d’Emmanuel Macron du 1er tour de la présidentielle. Ces derniers sont désormais très partagés : 45% tirent un jugement positif de son mandat (-25 pts en un an) contre 42% négatif (+22 pts). Ces douze derniers mois, qui ont été marqués pour le Président par l’affaire Benalla puis, surtout, par la crise des Gilets jaunes, ont donc sérieusement entamé son crédit, y compris auprès de son électorat.



Parallèlement, 74% des Français se disent déçus de l’action d’Emmanuel Macron, une proportion qui monte à 87% chez les employés et ouvriers, 96% chez les électeurs de Marine Le Pen et 89% chez ceux de Jean-Luc Mélenchon.


  • Même auprès de son électorat du 1er tour, la déception à l’égard du Président est forte : la moitié de ses électeurs se dit déçu de son action.



Le niveau de satisfaction est un peu plus élevé – mais reste faible – dans certaines catégories : les 65 ans et plus (26%), les cadres (25%) et les catégories aisées (32%).
Voir l'ensemble des résultats ci-dessous :
++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Depuis un mois qu'ils manifestent, les "gilets jaunes" ont obtenu plusieurs succès de la part du gouvernement, des banques ou de grandes entreprises. Revue de détails.
LA VIE SOUS MACRON  640_maxnewsworldfour687789Les "gilets jaunes" restent partagés sur les suites à donner à leur mouvement © Maxppp / SPEICH Frederic

Les frais bancaires limités pour les particuliers "les plus fragiles"

C'est la dernière victoire en date des gilets jaunes. Réunis à l'Élysée par Emmanuel Macron pour apporter leur réponse à la crise des "gilets jaunes", les patrons des plus grandes banques françaises se sont engagés mardi à geler les frais bancaires en 2019 et à plafonner ceux liés aux incidents bancaires, un geste qui pourrait permettre un gain de 500 à 600 millions de pouvoir d'achat. L'ensemble des banques françaises ont promis de plafonner les frais d'incidents bancaires à 25 euros mensuels pour "les populations les plus fragiles", soit "3,6 millions de personnes", selon une estimation de la Banque de France citée dans le communiqué d'annonce de la présidence.  

100 euros de plus par mois dès 2019 pour un travailleur au Smic

C'est la principale annonce faite par Emmanuel Macron lors de son allocution télévisée lundi soir. 

Citation :
Le salaire d'un travailleur au Smic augmentera de 100 euros par mois dès 2019, sans qu'il en coûte un euro de plus pour l'employeur. 
Ce n'est pas le salaire minimum lui-même qui sera revalorisé. En fait, il est prévu que le Smic augmente de 1,8% au 1er janvier, ce qui fait environ 20 euros. 
A cela,  le gouvernement va rajouter la hausse de la prime d'activité et un abaissement des cotisations sociales, prévues au départ sur l'ensemble du quinquennat. La mesure sera donc accélérée. Les salariés au Smic gagneront donc chaque mois, à partir de janvier, 20 euros (déjà prévu) + 80 euros = 100 euros

Suppression de la hausse de la CSG pour les retraites de moins de 2 000 euros

Pour ceux qui touchent moins de 2 000 euros, la hausse de la CSG subie en 2018 est annulée pour 2019 a déclaré Emmanuel Macron, estimant : 
Citation :
L'effort demandé aux petites retraites était trop important et pas juste.

Les heures supplémentaires défiscalisées

Lors de son allocution télévisée lundi soir, le chef de l'État a confirmé son souhait, exprimé pendant la campagne présidentielle, de réinstaurer cette défiscalisation des heures supplémentaires mises en place par Nicolas Sarkozy et supprimée par François Hollande.
Citation :
Les heures supplémentaires seront versées sans impôts et sans charges dès 2019.

Une prime de fin d'année défiscalisée

Édouard Philippe avait annoncé le 5 décembre que les entreprises mettant en place une prime de fin d'année d'au moins 1 000 euros pour leurs salariés pourraient la défiscaliser. Un principe basé sur le volontariat du patronat.
Les patrons de plusieurs grandes entreprises ont depuis été réunis également à l'Élysée autour du président, du Premier ministre Edouard Philippe et du ministre de l'Économie Bruno Le Maire. Orange, Publicis, Altice, Iliad et LVMH se sont engagés. Le groupe Total de son coté va verser une prime exceptionnelle de 1 500 euros à tous ses salariés en France et proposer une augmentation de 3,1 % aux organisations syndicales, a annoncé son PDG Patrick Pouyanné mercredi. 

Suppression de la hausse de la fiscalité sur les carburants



À lire



POLITIQUE

Taxe carbone, contrôle technique : les mesures du gouvernement pour apaiser les gilets jaunes


C'est de cette "taxe carbone" qu'est partie la grogne des "gilets jaunes". Edouard Philippe a d'abord annoncé le report de six mois de la taxe carbone destinée à financer la transition écologique. Elle devait être introduite au 1er janvier 2019. Finalement, la taxe est annulée."La hausse de cette taxe est désormais abandonnée dans le Projet de Loi de Finances 2019. Elle ne sera pas dans le PLF 2019 et toute solution devra être issue du débat", a indiqué Edouard Philippe,

Suppression du durcissement des règles du contrôle technique

Les conditions du contrôle technique automobile devaient devenir plus restrictives dès 2019. Le gouvernement s'est engagé à reporter cette mesure. 

Gel des tarifs de gaz et d'électricité 

Cette mesure du gel des prix de l'énergie a été décidé le même jour par Edouard Philippe. 

La prime à la casse    

Cette prime à la casse devrait être accordée cette année à près de 280 000 Français qui remplacent leurs vieux véhicules polluants par des voitures (neuves ou d'occasion) moins émettrices de CO2. Devant le succès de cette prime, Édouard Philippe a annoncé une prolongation du dispositif qui devait se terminer fin 2019. Le seuil du nombre de voitures concernées a été relevé de 500 000 à 1 million sur le quinquennat. Les automobilistes peuvent toucher 1 000 euros (ou 2 000 euros pour les non-imposables) s'ils se débarrassent d'un véhicule essence datant d'avant 1997 ou diesel d'avant 2001. En échange, ils doivent acheter une voiture diesel construite après 2011 ou un véhicule essence ou électrique portant la vignette Crit'Air 1 ou 2. La prime est augmentée et passe à 2 500 euros si l'automobiliste achète un véhicule électrique neuf ou hybride neuf. Les ménages non-imposables bénéficient des  2 500 euros également pour l'achat de véhicules électriques ou hybrides d'occasion.

Le chèque-énergie

C'est l'une des premières mesures dégainées par le gouvernement pour tenter de calmer les "gilets jaunes". Le chèque énergie est le dispositif qui remplace les tarifs sociaux du gaz et de l'électricité. Le gouvernement avait déjà prévu pour 2019 une hausse de son montant de 150 euros en moyenne à 200 euros. Edouard Philippe a annoncé un élargissement du périmètre de ce dispositif : deux millions de ménages supplémentaires pourront le percevoir (60 euros en moyenne).

Hausse de l'indemnité kilométrique pour les "gros rouleurs"

Le gouvernement a décidé de revoir le dispositif de l'indemnité kilométrique pour les "gros rouleurs" qui  permet aux salariés et aux indépendants du transport de déduire leurs frais de leurs revenus imposables. Les véhicules les moins polluants devaient être avantagés. Finalement, le gouvernement a décidé de favoriser les petites cylindrées : la déduction va augmenter de 10 % pour les véhicules de 3 CV (Smart etc.) et de 5 % pour les 4 CV (Fiat 500, etc.).

Prime transport 

Edouard Philippe a évoqué cette prime le 5 décembre à l'Assemblée mais n'en a plus reparlé depuis. Cette prime était censé être versée aux salariés utilisant leur voiture pour aller travailler. Sur le principe, il s'agirait d'une prime transport versée là aussi par les entreprises, défiscalisée elle aussi. 

Annulation des pénalités si paiement des impôts par chèque

Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin avait annoncé auparavant la suppression des pénalités de 15 euros minimum en cas de paiement des impôts par chèque. Lorsqu’un contribuable ne paye pas ses impôts par un moyen prévu par la loi (par exemple un paiement par chèque pour un montant supérieur à 1 000 euros), il est prévu, en application d'une disposition adoptée dans la loi de finances pour 2016, qu’il reçoive une lettre de relance comportant une pénalité de 0,2 % avec un minimum de 15 euros, rappelle le communiqué. Le ministre a demandé à l’administration fiscale de ne pas poursuivre les contribuables récemment concernés, à l’occasion du paiement de la taxe foncière. Ils n’auront pas à payer cette pénalité qui sera remise sans démarche de leur part.


Dernière édition par PACA le Mar 11 Juin - 7:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LULU.
Invité



LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeDim 9 Juin - 11:14

Soyez objectif PACA 
Deux ans après l 'arrivée de MACRON  voici ce qui a été fait :

Rappel des mesures (en cours ou budgétées) adoptées en 18 mois :
✅Plan lutte contre la pauvreté : 8,5 milliards
✅Augmentation des salaires net du privé : suppression des cotisations salariales maladie et chômage (0,75% + 2,40 % - 1, 7% de CSG) = + 1,45% (soit + 381€/an en moyenne) (N.B : les fonctionnaires ont juste eu une compensation de la hausse de la CSG)
✅300 000 personnes n’auront pas à payer la hausse de la CSG (comme prévu au départ)
✅ Baisse des impôts : 6 milliards pour les ménages, 20 milliards pour les entreprises
✅ Baisse de 30% de la taxe d’habitation (2018), 65% en 2019, 100% en 2020 pour 80% des contribuables (22,4 millions de foyers) et suppression totale pour les 5,6 millions de foyers les plus aisés (2021) : + 590 € /an (moyenne par foyer)
✅ Augmentation minimum vieillesse : + 100 €/mois (en 3 ans : 40 € en 2018, 35 € en janv. 2019, 35 € en janv. 2020 (+ 1 200 €/an au final)
✅Augmentation du revenu de solidarité active (RSA) : 550,93 €/mois pour une personne seule résidant en métropole
✅ Augmentation en 3 ans de la prime d'activité (pour ceux qui touchent - de 1,3 SMIC) : + 80 €/mois (soit +960 €/an)
✅Augmentation de l'allocation adulte handicapé (AAH) : + 81€/mois (en 2 ans : 41€ en 2018, 40 € en 2019) Elle atteindra 900 € en 2019.
✅ Augmentation des allocations familiales : + 1% en avril 2018.
✅ Augmentation du complément familial à 170,71 €, tandis que le complément familial majoré augmente à 256,09 €/mois
✅ Augmentation de l'allocation de soutien familial (complément du revenu des parents isolés ne percevant pas de pension alimentaire) : + 5,2%, soit 153,70€ pour un taux plein et 115,30 € pour un taux partiel
✅ Augmentation de l'allocation de base d'éducation d'enfant handicapé : + 1% à 131,81 €
✅ Augmentation de l’aide au frais de garde d’un enfant handicapé : +140€
✅ Augmentation de la prime de naissance pour les enfants nés ou adoptés (dès le 1er avril 2018) : 941,66 €
✅ Augmentation de la prime à l'adoption : soit 1.883,31 €
✅ Augmentation du congé parental : 396,01 € (taux plein)
✅ Création d’un congé parental pour les enfants prématurés en 2019
✅ Prise en charge à 100% des frais de diagnostic et de soins pour les enfants (0-6ans ) ayant des troubles du spectres autistiques
✅ Dédoublement de toutes les classes de CP et CE1 en zone prioritaire
✅ 60 quartiers prioritaires avec deux adultes par classe de maternelle
✅ 300 crèches à vocation d’insertion professionnelle (AVIP) créées d’ici 2020
✅ Création de 100 centres et maisons de santé dans les quartiers prioritaires
✅ Augmentation Pass culture de 500 € pour tous les jeunes de 18 ans (1er trimestre 2019)
✅ Augmentation de l'allocation de rentrée scolaire : 367,73 € (6-10 ans), 388,02 € (11-14 ans) et 401,47 € (15-18 ans)
✅ Remboursement de 200€ sur les prothèses auditives en 2019 et « Reste à charge zéro » (2020-2021) : lunettes et prothèses dentaires et auditives pourront être intégralement remboursées
✅ Création complémentaire santé à 1€/j
✅ Suppression des 217€ de cotisation annuelle de la Sécurité sociale étudiante
✅indemnités licenciement : +25%



(ANTONY CAUET)
Revenir en haut Aller en bas
PACA

PACA

Messages : 3119
Date d'inscription : 26/09/2007

LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitimeVen 7 Juin - 13:06

MACRON AURAIT DU INVITER TOUS LES PAYS AUX COMMÉMORATIONS DU DÉBARQUEMENT .


Comment peut on inviter nos ex-ennemis et écarter  nos alliés ?
 
DE GAULLE AVAIT TOUJOURS REFUSE DE FÊTER CE 6  JUIN.

LA VIE SOUS MACRON  62309710



LA VIE SOUS MACRON  Captur47
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




LA VIE SOUS MACRON  Empty
MessageSujet: Re: LA VIE SOUS MACRON    LA VIE SOUS MACRON  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
LA VIE SOUS MACRON
Revenir en haut 
Page 1 sur 12Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10, 11, 12  Suivant
 Sujets similaires
-
» Graphiques sous R?
» Comparaison de moyennes deux echantillons sous R
» ACM sous R
» L'athée est un sous-homme
» division sous muqueuse

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
LOCON SUR LAWE  :: MONDE , Politique, financier, religieux,idéologique. :: GENS D'ICI ET CHRONIQUE DU SOUVENIR :: ON EN PARLE ? :: LA TETE DE GONDOLE DE LA SEMAINE-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: